Le régime de Saddam a engendré l'Etat Islamique !!!

Publié le par Bestfriend

Le régime de Saddam a  engendré l'Etat Islamique !!!

Article étonnant de Libération sur l'islamisation du régime de Saddam Hussein bien avant l'intervention américaine de 2003. Alors que l'on vient de découvrir de nouvelles preuves sur la présence d'ADM en Irak dans l'arsenal de la dictature baasiste, voilà un témoignage édifiant qui contredit les mensonges de ceux qui prétendent que Saddam Hussein n'était en rien lié à Al Qaida, et qu'il pouvait être un rempart contre le terrorisme islamique. Nous avons déjà évoqué la présence de Zarquaoui en Irak dès la fin 2001, après la déroute d'Al Qaida en Afghanistan. Zarquaoui a été mandaté par le régime (témoignages contradictoires allant même jusqu'à dire que le terroriste faisait peur à Saddam, et que ses actions étaient faites seulement en accord avec le N°2 encore plus islamisé, Mohamed Al Douri) pour renforcer des groupes islamistes combattant les Kurdes dans le nord de l'Irak. Avant même la décision de Bush d'envahir l'Irak, ces groupes armés, constitués de combattant revenant des camps d'Al Qaida, issus de nationalités diverses étaient déjà aguerris aux attentats suicides, aux pires exactions, et c'est de là qu'à pu se créer face aux américains l'"Armée Islamique" (avec des attentats suicides sans précédents puisqu'au milieu des civils à Bagdad) qui donnera naissance à l'Etat Islamique actuel. On notera que le chef actuel de l'Etat Islamique, Al Baghdadi n'était en rien un opposant au régime de Saddam et a bien fait partie du groupe de Zarquaoui, peut-être même avant l'invasion américaine.

"Déjà, le baasisme, idéologie laïque et nationaliste au départ, avait entamé une mutation vers l’islamisme pendant la dizaine d’années qui avait précédé la chute du dictateur. C’est l’époque où la consommation d’alcool devient interdite en Irak, où les prédicateurs menacent, sur Radio Bagdad, de faire couper en morceaux tout apostat, où les chrétiens n’ont plus le droit d’acheter des terrains ni de donner de prénoms autres qu’arabes à leurs enfants. Et où Saddam Hussein en personne recopie le Coran en trempant sa plume dans son propre sang. Lors de l’invasion américaine, il avait imaginé la résistance comme un front à la fois patriotique et islamique. C’est précisément Mossoul qui allait, avec Fallouja, incarner l’opposition sunnite à l’armée américaine.

Si, jeudi, les jihadistes ont pu s’emparer aussi facilement de Mossoul, c’est aussi parce que cette grande ville de 2 millions d’habitants est depuis longtemps un bastion de l’ordre islamique le plus orthodoxe. C’était déjà vrai du temps de Saddam Hussein qui avait laissé se constituer des groupuscules salafistes, qu’on reconnaissait à leursdishdashas («robes») plus courtes et à leurs barbes d’hommes préhistoriques. Le dictateur avait aussi encouragé la multiplication des mosquées : on en comptait 1 200 à la veille de sa chute. Le 8 septembre 2002, les chrétiens, qui autrefois constituaient une minorité importante, furent même victimes d’un pogrom après que des salafistes eussent tenté d’enlever des jeunes filles, aux cris de «morts aux chrétiens, jihad pour le peuple de Mahomet», à la sortie de la messe. La police n’était quasiment pas intervenue."

Libération, 25/07/2014.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bestfriend 25/06/2016 21:19

Par ailleurs Zarquaoui est bien arrivé en Irak fin 2001, blessé après la déroute d'Afghanistan.C'est bien Zarquaoui qui a la même conception que Saddam de l'Islam,sanguinaire,considérant les chiites comme leurs pires ennemis (alors que Ben Laden voulait union entre sunnites et chiites), qui a créé les fondements de l'Etat Islamique.

Bestfriend 25/06/2016 21:16

Rapidement; 2 affirmations complètement bidons:
- L'Irak pays prospère ect..? Peut-être dans 1 partie de Bagdad ou Tikrit,car richesses confisquées par la clique sunnite de plus en plus extrémiste de Saddam.Au départ alliés au régime,les Chrétiens ont été progressivement opprimés autant que les Kurdes (180 000 morts dans l'opération Al Anfar dont les armes chimiques sur Halabja), ou les Chiites (300 000 morts dans la répression sanglante du régime après la 1ere guerre du Golfe).Avec la guerre contre l'Iran, le Koweit, c'est un bilan de 2 millions de morts à l'actif de Saddam et un pays où de nombreux villages chiites n'avaient toujours pas l'électricité en 2003. Aujourd'hui Bassorah et Erbil sont les lieux les plus prospères de la région.

Sur Kadhafi,même topo, dictature sanglante à qui Sarkozy a arraché les infirmières bulgares condamnées à mort. Qui regrette Kadhadfi? Par ailleurs,le bobard sur les armes ne tient pas debout quand on voit comment les français ont laminé au Mali les djihadistes quand ils arrivaient à les débusquer.

Bestfriend 25/06/2016 09:38

C'est vous qui êtes mal informé. Quels éléments sont du "n'importe quoi"? Précisez !!

Ritchi 06/12/2015 11:33

Documentez vous plus sérieusement.Là c'est du grand n'importe quoi!

Ritchi 25/06/2016 17:50

Les éléments

"Comme si les islamistes n'étaient pas déjà bien implantés en Irak avant l'arrivée des USA, au point que le régime de Saddam ressemblait en bien des points à à celui de l'Etat Islamique "

Sauf que Saddam Hussein a été arrêté dans une cave par l'armée américaine à Tikrit dans la nuit du 13 au 14 décembre 2003.

Daech, ou l’État islamique, est né en Irak en 2006 de la fusion de plusieurs groupes jihadistes dont Al-Qaïda. À partir de 2013, il étendit son pouvoir jusqu’à la Syrie, installant sa « capitale » dans le nord de ce pays, à Raqqa, sur l’Euphrate. Depuis, il a pris ses distances d’Al Qaïda,

Avant l'invasion des américains et de ses larbins sous des prétextes plus que foireux, l'Irak était l'un des pays arabes où le niveau de vie était le plus élevé.
Le système éducatif en Irak était gratuit et l’un des plus performants dans la région, avec un taux de scolarisation proche de 100 % dans l’enseignement primaire.L'enseignement supérieur était de qualité, particulièrement dans les établissements d’enseignement scientifique et technologique.
Le système de santé irakien était l'un des plus modernes et efficaces de tout le monde arabe,et les frais d'hospitalisation étaient pris en charge Saddam Hussein.
Les américains ont complétement détruit ce pays en ouvrant la porte aux islamistes,sans parler de cet embargo de dix ans qui a fait des milliers de victimes,dont beaucoup d'enfants de maladies et de malnutrition.. l'Irak ne sera jamais ce qu'il a été.

Quant à la Libye,ce sont les les Américains qui ont dirigés les opérations en coulisse.
plus de 80% des cibles affectées aux pilotes français en Libye étaient désignées par les services américains .Les Français et Britanniques ont réalisés la majorité des frappes et les Américains ont dirigés les opérations,en détruisant ce pays,comme ils l'ont fait pour l'Irak

La Libye était comme l'Irak un pays très prospère,mais Saddam Hussein,comme Kadhafi,gênaient l'occident,pour de sombres intérêts stratégiques et économiques.

Après l'assassinat de Kadhafi,les islamistes se sont infiltrés en pillant les dépôts de munitions et sont passés au Mali,avec les conséquences que l'on connait.

Besttriend 05/12/2015 18:36

Commentaire caricatural tellement habituel et prévisible.Comme si les islamistes n'étaient pas déjà bien implantés en Irak avant l'arrivée des USA, au point que le régime de Saddam ressemblait en bien des points à à celui de l'Etat Islamique aujourd'hui. Idem pour la Libye; Sarko n'est pas intervenu "sous le couvert" des USA mais a répondu à des demandes d'intervention de Libyen qui n'avaient rien d'islamistes, c'est lui qui a rassemblé 50 pays dont les USA dans une coalition. Lors du départ de Sarkozy, la Libye n'était pas plus désorganisée que la plupart des pays connaissant "le printemps arabe" à l'époque loué par tous les bienpensants. En Juillet 2012, les premières élections libres en Libye donnent la victoire aux laîques contre les islamistes. Le problème de la Libye n'est pas l'action de Sarkozy mais l'inaction qui a suivi après juillet 2012, tout comme en Irak, on a vu le chaos revenir surtout après le départ des troupes américaines demandé à corps et à cris par les anti-Bush,dont Obama.