L'immonde procès fait à François Pérol !!

Publié le par Bestfriend

L'immonde procès fait à François Pérol !!

Les grands banquiers ne sont pas forcément de ceux qui peuvent susciter la compassion ou un soutien indigné face à une injustice qui leur serait faite. Mais après avoir bien étudié les différents éléments de l'affaire, il me semble plus qu'important de dénoncer le procès incroyable et immonde qui est fait à François Pérol, l'actuel dirigeant du groupe bancaire BPCE.

Il faut déjà souligner que M.Pérol n'est pas issu d'une famille de l'establishment mais doit son parcours à un grand talent et beaucoup de travail.Fils d'un médecin Du Creusot, il fait des études fort brillantes, illustrée par sa place de Major de sa promotion à l'ENA, avant de devenir un haut fonctionnaire de la République. Nicolas Sarkozy fait appel à lui comme conseiller économique, dépendant hiérarchiquement du secrétaire général de l'Elysée qui était alors Claude Guéant.

La crise qui touche notamment les grandes banques amène l'éxécutif à se porter au secours de certaines d'entre-elles dont Déxia mais aussi le regroupement récent des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires qui se trouve également au bord du gouffre,miné par les rivalités et la folie des grandeurs de l'ancien dirigeant des Caisses d'Epargne. Nicolas Sarkozy décide que François Pérol qui a suivi le dossier de la fusion est la bonne personne pour mettre fin à ces divisions; et pour entamer de le redressement d'un groupe dont le cours de bourse de la filiale commune Natixis a été divisé par 30 en 2 ans, passant de 23 € à 0,75 €.

François Pérol effectivement parvient à assurer une bonne gouvernance de l'ensemble, à sortir BPCE de l'ornière et personne ne peut lui contester qu'il a fait au moins ce que l'on pouvait attendre de lui. L'action de Natixis est d'ailleurs remontée autour de 7 € et le groupe semble tiré d'affaire sans avoir eu à supprimer un nombre considérable d'emplois.

Mais voilà, qu'une plainte pour "Prise Illégale d'Intérêt) est déposée par la CGT et Sud pour contester la nomination de M.Pérol qui serait contraire à la loi qui a le but "noble" d'empêcher des hauts fonctionnaires d'aller travailler dans une entreprise privée qu'ils auraient pu favoriser au préalable. Or, l'Etat a bien pris 20% des parts du groupe BPCE et c'est à ce titre qu'il a pu avoir un poids dans la nomination de F.Pérol qui lui n'avait aucun rôle décisionnaire, mais bien celui d'un conseiller fortement impliqué dans le dossier de rapprochement des deux banques.On peut noter que personne ne s'est clairement opposé à cette nomination à l'époque, que M.Pérol s'est vu attribuer les mêmes conditions de rémunération que le précédent dirigeant des Banques Populaires.

Il est donc assez surprenant de voir 2 syndicats autrefois alliés des pires dictatures communistes reprocher à l'entourage de Nicolas Sarkozy une nomination qui aurait un caractère politique, puisque c'est précisément ce que leur conception idéologique impose en théorie comme dans la pratique !! Un exemple récent est le noyautage au Vénézuela de la compagnie nationale pétrolière PDVSA par la famille Chavez qui a donné lieu à des détournements qui se chiffrent en centaines de millions d'€, et dont on a retrouvé la trace chez HSBC Suisse; vous n'avez guère entendu la gauche et encore moins l'extrême-gauche sur ce dossier.

Ces mêmes syndicats sont bien muets quand le pouvoir notamment socialiste décide de nominations qui leur conviennent et sont bien plus discutables sur le plan de l'intérêt général. Ex: La nomination de Thierry Le Paon au CESE par François Hollande, ou le noyautage du Conseil Supérieur de la Magistrature par les partis de gauche. Par le passé, il y a eu des milliers de cas de "pantouflages" de fonctionnaires qui sont passés dans le privé, sans forcément apporter un talent particulier mais le plus souvent un carnet d'adresse bien rempli, des réseaux établis au coeur des ministères ou des entités parapubliques (ex:Hubert Védrine, membre du conseil d'administation de LVMH); quand ils n'ont pas créé de société de conseil ou des cabinets d'avocats (Attali, Strauss-Kahn, De Villepin). Il y a également eu des nominations comparables et bien moins heureuses comme celle d'Anne Lauvergeon à la tête d'AREVA dont on voit aujourd'hui à quel point elle a été une erreur.

Par la suite l'association Anticor (très à gauche aussi) s'est joint à la plainte avec le soutien de Médiapart (Donc toujours la même clique Taubira, Sihem Souid, Plenel comme dans le dossier du prétendu financement Libyen de la campagne de N.Sarkozy qui vire au fiasco).Les syndicats savent donc bien qu'ils sont en position de force au sein d'une institution judiciaire totalement gangrenée par des groupuscules comme le SM qui partagent la même idéologie totalitaire qu'eux. L'affaire du mur des cons a montré que le syndicats pour lequel 30% des fonctionnaires de la magistrature avait voté, cultivait la haine de l'entourage de Nicolas Sarkozy et même la haine de parents de victimes un peu trop bavards après un jugement complaisant pour des criminels. Le Syndicat de la Magistrature est précisément à mi-chemin entre Sud et la CGT (donc plus extrémiste de gauche que la CGT) et on peut imaginer toute la connivence qu'il peut y avoir lorsqu'il s'agit de traduire en justice un banquier qui circonstances aggravantes a été nommé par Nicolas Sarkozy. Et on a vu aussi l'autre syndicat important, l'USM entrer aussi en guerre contre l'ancien président lorsque celui-ci a voulu réformer la fonction du juge d'instruction, après le fiasco de l'affaire d'Outreau, le président de l'USM considérant par la suite Rachida Dati comme "une ministre de triste mémoire".

Je ne sais pas si la procureur, Mme Ulrika Weiss qui a requis des peines extrêmement lourdes contre François Pérol fait partie du Syndicat de la Magistature, ou de l'Union Syndicale des Magistrat (l'appartenance n'est pas transparente tant que l'adhérent ne l'annonce pas publiquement) mais en tant que membre du parquet se trouve bien liée hiérarchiquement à Christiane Taubira (membre de l'association Anticor avant d'être nommée Garde des Sceaux !!).

Il semble bien que nous ayons affaire, au milieu d'une actualité très chargée, à un procès politique d'une extrême gravité, où des clans qui se sont illustrés par le soutien aux pires dictatures, qui continuent de défendre une idéologie qui a fait des centaines de millions de morts, ruiné d'immenses pays, et d'autres qui sont en grave situation d'échec à la tête de la France, peuvent instrumentaliser la justice pour s'en prendre à ce qu'ils considèrent comme leur ennemi, c'est à dire une nouvelle fois Nicolas Sarkozy.

Commenter cet article

corrector 17/09/2016 08:36

Les principaux facteurs nuisant à Areva sont :

- les nouvelles normes de sûreté encore plus délirantes que les anciennes (les grandes pièces forgées sans défaut, ça n'existe pas - et vous ne vous inquiétez pas des défauts de votre cocotte minute)
- la guéguerre faite par EDF
- Enron et les règles moisies que cet organisme mafieux a laissé aux USA, afin de favoriser le gaz et le trading
- les "renouvelables" intermitteux partout dans le monde, qui sont une subvention aux énergies fossiles
- le contexte international dont la fumeuse "catastrophe" au Japon

Anne Lauvergeon n'est AMHA pas pour grand chose dans les difficultés d'Areva, et peut-être pour absolument rien dans les problèmes d'Areva NP.

corrector 22/06/2016 02:26

"bien moins heureuses comme celle d'Anne Lauvergeon à la tête d'AREVA dont on voit aujourd'hui à quel point elle a été une erreur."

J'apprécierai de voir une analyse détaillée des erreurs commises. Je vois beaucoup de vagues allusions et des sous-entendus à des erreurs manifestes, mais au final l'unique élément précis concentrant les critiques est l'acquisition d'Uramin, société possédant la mine soi-disant inexploitable (sans préciser si c'est dans l'absolu ou dans le contexte actuel).

Paul 24/08/2015 08:14

Merci d'avoir écrit cet article juste et mesuré sur François Pérol. Le procès en sorcellerie qui lui est fait est peu ou prou le même que celui qui est mené par les gauchistes contre un couple qui a travaillé dur pour parvenir là où il est, et contre lequel des accusations abracadabrantesques sont portées : je veux parler de Monsieur et Madame Balkany. N'oublions jamais les arguments définitifs que ces deux personnes traînées dans la boue ont asséné à leurs pitoyables contradicteurs :

1) "Je suis l'homme le plus honnête du monde", nous confié Monsieur.

2) "Ce n'est quand même pas ma faute si j'allais à l'école en Rolls" s'est indignée Madame.

J'espère que vous nous ferez un article aussi équilibré sur ce couple respectable, victime de la jalousie gauchiste qui est vraiment la maladie de la France.

Paul

Bestfriend 05/09/2015 21:04

Sur le couple Balkany, j'ai dit que les faits ne me semblait pas mirobolants, et qu'il s'agit d'un montage financier finalement assez comparable à celui du couple Royal-Hollande pour la SCI La Sapinière afin d'échapper à l'ISF (Quand même plus sophistiqué pour les Balkany et sur des montants plus importants). Mais ne suis pas au fait de tous les détails. Pour F.Pérol, je vois un peu plus clair notamment les gens à l'origine du procès qui sont bien silencieux sur les nominations de complaisance ou de copinage que le pouvoir actuel opère à doses massives.