Une justice digne de Père Ubu

Publié le par Bestfriend

Une justice digne de Père Ubu

La Justice française est devenue aussi grotesque que celle de Père Ubu. Elle se ridiculise aux yeux du monde entier par son totalitarisme, son inéquité et sa prétention à l'infaillibilité. Tels des dictateurs, les juges n'ont aucun compte à rendre à personne, n'assument aucune responsabilité quand ils commettent des erreurs, voire des fautes aboutissant à des fiascos judiciaires,à des crimes commis par des personnes libérées à tort, et peuvent condamner tous ceux qui oseraient porter le moindre jugement sur leur travail.

C'est bien ce qui est arrivé à Henri Guaino, un député, donc élu du peuple qui avait considéré que le juge Gentil avait "déshonoré la Justice" du pays. En effet, ce juge avait mis en examen Nicolas Sarkozy, ce qui ne lui était jamais arrivé en 40 ans de carrière politique, pour "abus de faiblesse" envers Liliane Bettencourt, car le dossier était déjà en train de devenir un énorme fiasco judiciaire avec des moyens considérables déployés, des violations du secret de l'instruction à répétition et finalement aucun aboutissement sur le volet politique, et pas grand chose non plus pour le reste. Plus tard, il apparaîtra que la principale accusatrice envers l'ancien président de la République, Claire Thibout avait obtenu de la part de la fille de la milliardaire des sommes d'argent rondelettes et au point d'être maintenant poursuivie pour faux témoignage.

Pourtant, le juge Gentil a été promu comme vice-Président du tribunal de Lille; Mme Prévost-Deprez, prise la main dans le sac de délit de violation du secrêt de l'instruction a été relaxée, et également promue vice-présidente du TGI de Créteil; alors qu'Henri Guaino lui se trouve condamné en appel à 2000 € de dommages et intérêt pour "injure à magistrat". Mais dans quel pays totalitaire sommes nous ?

Rappelons qu'il y a peu, M.Guy Bedos, humoriste proche de Christiane Taubira avait été relaxé des poursuites intentées par Nadine Morano, pour avoir en public qualifiée l'ex-ministre, et député de "conne", puis de "salope"(Ceci en plus lors d'une campagne électorale où sa prestation avait été payée par la Mairie socialiste de Toul). Cela atteste donc une hiérarchie assez surprenante qui fait des magistrats, des personnes tellement au dessus des élus du peuple, qu'il est plus grave de porter un jugement en terme courtois sur le travail des premiers, que d'insulter par un vocabulaire ordurier et sexiste les second.

Il est vraiment temps que la justice soit passée au Karcher, que le CSM qui encore une fois n'a pas bougé le petit doigt (comme dans l'affaire du "mur des cons") soit liquidé et remplacé par un conseil directement élu par le peuple.Comment se fait-il que contrairement à bon nombre de démocraties, les responsabilités à l'intérieur de l'institution judiciaire, et notamment au CSM se fassent uniquement par des nominations totalement occultes qui génèrent le pire des corporatisme? Sur le principe, c'est déjà très contestable, et dans la réalité, cela n'est plus supportable.

Commenter cet article

corrector 23/07/2016 01:13

Une seule solution, des VRAIS jurys citoyens pour le contrôle des juges, et pas cornaqués par un magistrat professionnel comme aux Assises. Et pas une Justice contrôlée par des proches du pouvoir exécutif.

Si un service de police s'absout lui-même d'une arrestation musclée finissant par la mort du suspect noir par des flics blancs aux USA, sans le moindre contrôle extérieur, tout le monde en France trouvera ça scandaleux.

Mais que notre super Justice procède ainsi, tout le monde trouve ça normal.