"Racines" d'Alex Haley n'est qu'une fable mensongère et raciste !!

Publié le par Bestfriend

J'ai lu ce célèbre livre d'Alex Haley dans mon adolescence et me rappelle avoir été beaucoup secoué par le récit évoquant le destin d'un jeune et fier africain capturé par d'horribles esclavagistes blancs. Par la suite, lorsque je travaillais en Afrique, la télévision locale passait parfois la série relatant les aventures de Kounta Kinté et ce héros était pour les jeunes avec qui ont pouvait discuter aussi important que pouvait l'être Rambo ou Batman pour les jeunes occidentaux.

Un garçonnet d'environ 10 ans m'avait dit notamment une fois "Quand je serais grand,je serai comme Kounta Kinté et je tuerai beaucoup de blancs". Il n'avait sans doute pas lu le livre mais vu et revu les adaptations audiovisuelles dans le même esprit, où le blanc ne semble être qu'un être malfaisant dont la préoccupation principale semble être d'exploiter le plus possible les braves esclaves déportés depuis l'Afrique puis leurs descendants.

Avec le recul,et également le vécu dans ces pays, et dans d'autres de culture musulmane, je suis de plus en plus étonné de voir qu'un tel ouvrage, plus que caricatural ait suscité aussi peu de critiques; de voir que l'on va encore passer sur la chaîne TV Numéro 23 durant les vacances de Noël les aventures des gentilles victimes noires et des très méchants blancs avec une complaisance assez dérangeante. Ceci d'autant plus que j'ai depuis lu de nombreux ouvrages sur le sujet, tant "Le Livre Noir du Colonialisme" de Marc Ferro, mais également du même auteur le livre traitant plus généralement des invasions des divers empires à travers le monde, y compris les empires non-occidentaux. J'ai aussi lu le Coran,beaucoup d'ouvrages sur l'Islam, la vie de Mahomet, l'expansion de la civilisation musulmane et bien noté que l'esclavage n'y est jamais dénoncé,bien au contraire.

La vie en Amérique des héros de "Racines" correspond sans doute à une triste réalité, et effectivement à une des périodes les plus sombre de l'histoire notre civilisation. Kounta Kinté et ses descendants semblent avoir croisé un assortiment de que l'on pouvait trouver de pire  dans ce qui allait devenir les USA. Encore faudrait-il que les lecteurs aient en mémoire que les "blancs" n'ont en rien inventé l'esclavage et ont surtout inventé son abolition, et que si l'esclavage des "blancs" représente environ 90% de ce qui a pu être écrit sur le sujet, le nombre des victimes est certainement bien en dessous des 10% de l'histoire de cette pratique inhumaine, d'autant plus que l'esclavage perdure toujours dans bien des contrées notamment musulmanes (Ex. La République Islamique de Mauritanie ne l'a aboli officiellement qu'en 1979 mais la pratique n'a pas totalement disparue. Ex.L'esclavage institutionnalisé par Daech au nom des textes coraniques).

Mais le pire dans le livre d'Alex Haley est bien le mensonge considérable qui entoure la description de la vie de Kounta Kinté avant sa capture. L'Afrique y est décrite comme un espace Idyllique où les hommes et les femmes vivent dans le respect mutuel et une harmonie parfaite, bercés par les récits des anciens et le chant des griots.Il y avait déjà peu de chance qu'un habitant de la Gambie profonde se fasse capturer par des blancs qui la plupart du temps se sont contentés d'acheter les esclaves sur les comptoirs du littoral, mais tout aussi peu de chance que son père ne soit pas polygame! En effet, Kounta Kinté est musulman et même petit fils de Marabout. Je suis allé en Gambie tout comme dans les pays environnants et ai vu davantage de vieux grigous mariés à des fillettes de 12 ans,que des hommes se contentant d'une seule femme durant leur existence,à moins d'être vraiment tout en bas de l'échelle sociale, ce qui n'est pas le cas de la famille de Kounta Kinté. Par ailleurs,et ce n'est pas forcément lié à l'Islamisation,l'excision des femmes était quasi-généralisé chez les Mandingues et en particulier dans la région d'où est issu Kounta Kinté (encore 70% de femmes excisées,il y a quelques années!).La quantités des mensonges par omission pour dissimuler le machisme de ces sociétés pré-coloniales est considérable !

Les mensonges sont tout aussi clairs sur l'esclavage qui est le sujet principal de l'ouvrage. Je suis suffisamment renseigné pour affirmer que les Mandingues ont été autant esclavagistes que la plupart des autres ethnies africaines, musulmanes ou non. Avant l'arrivée des blancs de 20 à 30% de la population masculine africaine était en situation d'esclavage,et la traite déjà en place pour alimenter les besoins locaux et les cités de la civilisation musulmane qui a utilisé au moins autant de victimes que ne l'a fait l'Occident. L'Occident qui finalement aura aboli la traite atlantique sans la moindre pression extérieure (alors que l'abolition dans les pays du tiers-monde s'est faite par la suite sous la pression des institutions internationales) seulement 3 siècles après l'avoir institué (suite à la controverse de Valladolid demandant l'arrêt de l'esclavage des indiens), il est vrai avec des moyens matériels rendant la pratique particulièrement inhumaine (Navires transportant jusqu'à 692 esclaves à fond de cale).

On comprend que l'arrivée de ces "blancs à l'odeur infecte", disposant d'armes à feu au bruit effrayant a pu être un traumatisme pour les populations africaines, mais ce choc n'a pas forcément été plus terrible que les invasions qu'on pu subir les occidentaux des hordes sanguinaires venues de l'Est ou du Sud, qui elles n'ont pas vraiment permis de doubler en 2 siècle l'espérance de vie des autochtones, n'ont pas apporté une agriculture permettant de nourrir une population de plus en plus nombreuse et une technologie en avance de plusieurs siècles voire millénaires (l'usage de la roue était inconnu au Sud du Sahara au 16e siècle).

Par ailleurs rappelons que le nombre d'esclaves effectivement arrivés sur le sol des USA reste inférieur à 1 million (Environ 10 millions d'autres furent déportés sur l'ensemble des Amériques et des Antilles) et que si leur nombre était de 6 millions au moment de l'abolition de l'esclavage en 1865, c'est d'après Marc Ferro "en raison des conditions de vie plus favorables sur le continent américain, permettant notamment le mariage,une descendance voire la transmission d'un héritage", ce qui était absolument inenvisageable pour les esclaves noirs déportés dans les grandes cités musulmanes,et pour les esclaves vivant dans l'Empire chinois,eux aussi souvent mutilés sexuellement, souvent enterrés vivants dans le tombeau des monarques ou des chefs de guerre qu'ils servaient! (A coté des femmes dans certains tombeaux des rois d'Abomey)

Il est bien normal qu'un roman puisse prendre quelques libertés par rapport aux réalités, pour faciliter l'intérêt du lecteur et exprimer une certaine cohérence des idées. Mais dans le cas de "Racines", la ficelle est vraiment très grossière. L'ouvrage a été publié à une période où il était impossible de le critiquer sans passer pour un suppôt du Ku-Klux-Klan et je n'ai pas vu grand chose d'écrit contre sa vision binaire, justement comparable à celle des pires extrémistes. Les mensonges d'Alex Haley sont à rapprocher des délires du Hitler noir qu'est Louis Farrakhan considérant les "caucasiens" comme une espère humaine dégénérée (au même titre que les juifs) prédisposée à l'exploitation des autres. Il est temps que nos intellectuels se saisissent du dossier puis osent dénoncer cet ouvrage assez minable et raciste.

Commenter cet article

Bestfriend 15/01/2017 17:36

fachisme ? Encore une qui est fâchée avec l'histoire. Oui,pourquoi parler de l'esclavage pratiquée par les Mandingues,de l'excision,de l'islamisation et de toutes les horreurs qui vont avec alors que les bobos sont prêts à tout gober pour se culpabiliser et accepter le "châtiment douloureux" qui les attend?

Emilie 12/01/2017 02:48

Parler de racisme anti blanc est la preuve du fachisme. Le livre d:Alex Haley parle de ses ancetres qui ont été esclaves de blancs, aux Etats Unis. Pourquoi parlerait-il de l'esclavage de la part des noirs ou de l'excision ou quoi que ce soit d'autre? Vous pouvez en trouver enormement des livres traitant de ces sujets! Alex Haley a voulu parler des esclaves de blans et rien d'autre.
Aucun racisme anti blanc, ce truc inventé par l'extreme droite. Il est normal qu'un homme noir descendant d'esclaves et ayant vecu le racisme et la segregation denonce ce qu'il s'est passé dans ce pays. Ce n'est pas contre les blancs, mais POUR ne pas oublier l'histoire, ne pas oublier les atrocites commises. Arretez de tout mélanger. Avoir vécu je ne sais ou ne fais pas de vous quelqu'un de plus critique, vous parlez de sujet qui n'ont rien a voir les uns avec les autres. Ne lui reprochez pas de ne pas avoir ecrit l'histoire de Gambie et du peuple Mandingue si tel n'etait pas son but.

Bestfriend 21/12/2016 21:45

Pas nombreux,les blancs qui aident les esclaves à se libérer; remarquez,sous d'autres tropiques,ce genre de personnage n'existaient pas du tout,personne n'ayant remis en cause l'esclavage avant que précisément les "blancs" leur interdisent de le pratiquer. Le réalisme,c'est montrer le monde tel qu'il est et pas par le petit bout d'une lorgnette raciste comme le fait Alex Haley.

demi-mot 22/12/2016 10:55

A l'époque de la traite négrière, les blancs qui aidaient les esclaves à se libérer étaient peu nombreux. C'est la réalité.
Alex Haley aurait pu être taxé de racisme s'il avait uniquement montré uniquement des blancs favorables à l'esclavage. Or ce n'est pas le cas puisqu'il a mis en évidence un système de domination des blancs sur les noirs avec une minorité de blancs qui s'opposent activement à ce système.

Bestfriend 21/12/2016 21:45

Pas nombreux,les blancs qui aident les esclaves à se libérer; remarquez,sous d'autres tropiques,ce genre de personnage n'existaient pas du tout,personne n'ayant remis en cause l'esclavage avant que précisément les "blancs" leur interdisent de le pratiquer. Le réalisme,c'est montrer le monde tel qu'il est et pas par le petit bout d'une lorgnette raciste comme le fait Alex Haley.

demi-mot 19/12/2016 12:01

"Les mensonges d'Alex Haley sont à rapprocher des délires du Hitler noir qu'est Louis Farrakhan considérant les "caucasiens" comme une espère humaine dégénérée (au même titre que les juifs) prédisposée à l'exploitation des autres. Il est temps que nos intellectuels se saisissent du dossier puis osent dénoncer cet ouvrage assez minable et raciste."

Bestfriend dans toute sa démesure.
J'ai vu la série et elle n'est pas du tout manichéenne comme vous le prétendez.
Il y a des blancs qui sont absolument cruels et des blancs qui viennent en aide aux esclaves pour les aider à se libérer.
Aucun réalisateur depuis Alex Haley n'a fait de fiction aussi réaliste sur la traite négrière.