Une opposition constructive mais résolue face à Macron et compagnie !

Publié le par Bestfriend

Emmanuel Macron a fait bien peu d'erreurs depuis son arrivée à l'Elysée.En un mois, Il s'est vu seulement reproché par les médias et quelques abrutis du genre Cécile Duflot, un mot d'esprit peu consensuel sur les kwassa-kwassa comoriens. Pour le reste, les Français ont pu se féliciter de le voir faire avec brio et prestance ses premiers pas sur la grande scène internationale, ce qui nous changeait du sous-préfet de Corrèze adipeux et mal fagoté.

Ce sans-faute également lié à une présence relativement discrète sur les médias nationaux, baptisée "présidence jupitérienne" permet à la nouvelle majorité d'envisager demain un raz-de-marée à l'Assemblée Nationale, avec peut-être plus de 400 sièges sur 577. Nous avons vu déjà au premier tour des élections législatives des scores impressionnants de la part de candidats ou candidates parfois falots, incompétents, parfois même embourbés dans des affaires, face à des encartés des partis  traditionnels considérés comme des ringards même lorsqu'ils avaient fait correctement leur travail. L'estampille Macron aurait permis dans bien des cas à une chèvre ou à un bouc d'être élu, dit-on sur les réseaux sociaux.

Ce qui se passe sous nos yeux est exactement le scénario dont j'ai longtemps rêvé ... jusqu'en 2007. Issu d'un milieu de gauche, voire très à gauche, je votais auparavant tantôt pour l'aile droite du PS, à l'époque la tendance Rocard, mais aussi pour Raymond Barre au 1er T de 1988; et la démarche de François Bayrou m'avait par la suite attiré avant l'élection de 2007. Ceci, avant de m'apercevoir que le Modem n'était qu'un ramassis de donneur de leçons, sans grand talent, parfois démagogiques, et dirigés par un gourou bouffi de suffisance. Il manquait donc pour moi un leader au Centre, assez charismatique pour être capable de mener une politique équilibrée entre la justice sociale et l'efficacité économique, comme ce fut le cas en Grande-Bretagne avec Tony Blair ou en Allemagne avec Gerard Schroeder, un renouveau démocratique pour que les élus soient davantage représentatifs des citoyens et enfin de la probité pour mettre fin aux mafias chiraquiennes, socialistes mais aussi cégétistes.

Mais, vu la situation du pays et du monde, qui s'est considérablement aggravé depuis 10 ans, une telle politique, ni de droite,ni de gauche ne va donner que l'illusion du renouveau. Dans quelques années,voire quelques mois, les Français se réveilleront avec un pays de nouveau à la dérive, en fort déclin économique, incapable de faire face aux déficits monstrueux imposés par les soviets, miné au quotidien par la violence des bandes, menacé par des terroristes qui trouveront de plus en plus de soutien sur le sol national.

Sur le plan politique, le quinquennat de Nicolas Sarkozy m'a montré à quel point les institutions étaient gangrenées par une forte proportion de fonctionnaires et surtout hauts fonctionnaires imbibés d'un sectarisme profondément anti-républicain. Des gens nommés par cooptation interne,sans véritable compte à rendre ni obligation de résultats, mais dotés de pouvoirs assez consistants pour bloquer toute véritable réforme et châtier les élus qui se risqueraient à toucher à leurs prérogatives (Conseil d'Etat, Conseil Constitutionnel,CSM,CSA,CESE ect..). Durant 5 ans,le "karcher" a semblé davantage être un dissident qu'un Président, puisque sans arrêt mis en cause au sein même de l'appareil d'Etat, et bien vite visé par des affaires parfois totalement bidonnées (Karachi, Bettencourt). On a déjà évoqué le problème considérable que représente une magistrature en partie sous l'influence de l'extrême-gauche et où circulent des listes noires de personnes à abattre (Mur des Cons) comme jamais Mac Carthy n'a osé le faire! Nous avons un problème presque identique sur l'audiovisuel public qui a multiplié des attaques,des accusations mensongères parfois à l'occasion d'émissions spéciales envers les Républicains et le Front National (émissions d'Elise Lucet, de Nicolas Poincaré ou ONPC de Ruquier), alors qu'un extrémiste comme Mélenchon se faisait cirer les pompes à chaque intervention, au point qu'on n'osait à peine évoquer avec lui le chaos régnant chez son ami Maduro.

Il n'est plus possible d'accepter cela d'un Etat qui par ailleurs accapare une part du PIB comme aucun autre en Europe, non pas pour octroyer des prestations de haut niveau à ses citoyens, mais pour maintenir un pouvoir d'achat de petits bourgeois à des statutaires souvent désoeuvrés et défaillants! Il est clair que la nouvelle majorité constituée aux 2/3 d'ex-socialistes ne va pas se risquer à faire la réforme de cet Etat pachydermique, ruineux, et on l'a vu liberticide. Dans 5 ans, nous aurons toujours la fiscalité la plus confiscatoire de monde occidental car les dépenses et le gaspillage public n'auront en rien diminué.

Car en plus, sur le plan économique, la reforme des retraites qui, avec Emmanuel Macron repose sur le passage à un système par point sera traitée après celles concernant le travail dans le secteur privé, non pas parce qu'elle est moins urgente, mais parce qu'elle est infiniment plus délicate à faire aboutir : Je fais le pari qu'elle ne verra jamais le jour où alors ne rétablira en rien une véritable équité sur le sujet, alors que nous avons vu que presque 40 milliards sont captés indûment pour financer les retraites des fonctionnaires et des régimes spéciaux! Je ne pense en rien qu'il soit plus urgent de réformer le droit du travail, car nous avons déjà à évaluer les résultats d'une loi El Khomri qui entre à peine en application, et car on ne sais comment mettre du "beurre dans les épinards" tant que l'on n'aura pas réalisé des économies sur les dépenses publiques! Rappelons aussi qu'Emmanuel Macron n'a guère de leçons à donner en matière d'économie vu le bilan désastreux des 5 dernières années où il était aux responsabilités.

Enfin, et c'est sans doute une divergence capitale avec le nouveau Président de la République, j'ai au cours des 10 dernières années vu monter le risque pour nos démocraties occidentales d'être tout simplement détruites par le terrorisme, mais tout autant par le communautarisme islamique renforcé par l'explosion démographique qui va faire passer l'Afrique de 1 milliards d'habitants aujourd'hui (contre 300 millions en 1960!) à sans doute 4 milliards en 2100! Emmanuel Macron se félicite sans doute d'avoir pu nommer Nicolas Hulot comme ministre de l'écologie, mais c'est pour moi un casus belli tant ce personnage me semble infâme et dangereux pour notre avenir. En effet, ce prétendu Pape de la conservation de la nature,qu'il parcours avec les moyens les plus polluants qui soient (avion,4x4, hélicoptère, hors-bord personnel de 225 cv), accumule les mensonges sur les vrais responsables de la détérioration de l'environnement, et refuse,comme une bonne part des khmers verts, toute prise en compte du problème de l'explosion démographique. Je ne suis pas un extrémiste en estimant que l'occident doit faire des efforts pour adapter son mode de consommation tout comme les pays africains,mais aussi les Philippines doivent en faire pour stabiliser leur démographie. Lui et ceux qui ont signé le racket de 100 milliards d'€ par an des peuples occidentaux au profit de pays souvent non démocratiques et à la population qui double parfois tous les 30 ans, me semblent dignes de finir dans les poubelles de l'histoire. Ce sont eux les extrémistes voire les collaborationnistes du 21e siècle!

Rien d'étonnant donc, que parmi les candidats de la République En Marche à ces législatives 2017, figurent des personnes liées à des organisations tiermondistes et ou islamistes. Nous avons déjà le cas du fameux Richard Ferrand dont la réserve parlementaire finance l'association France Palestine Solidarité qui milite notamment pour que le Hamas ("qui suscite fantasmes et frayeur par méconnaissance du mouvement") soit retiré de la liste des organisations terroristes. Il y a eu le cas de Mohamed Saoud que le mouvement En Marche a eu bien du mal à écarter de sa liste de candidats, malgré son soutien appuyé à Erdogan et au PIR, ses propos du genre "je ne serai jamais Charlie" car il avait permis d'atteindre pour le Val D'Oise un nombre d'adhérents supérieur à 4000. Mais on trouve bien d'autres candidats ou suppléants avec la même complaisance pour l'islam le plus radical (Dossiers Yanis Khalifa, Latifa Chay,Fella Meslem ect..). Même si ces gens sont minoritaires dans le mouvement, il y a globalement dans l'entourage de Macron une absence d'intransigeance pour défendre des piliers essentiels de la République. Ils sont même encore plus laxistes envers le communautarisme islamique que la majorité précédente.

Au vu de ces éléments, il est clair que malgré une sincère sympathie et admiration envers notre nouveau président, je me sens bien peu d'atomes crochus avec toute cette vague qui prétend réussir là où les autres ont échoué par le passé... alors que ces gens ont pour la plupart été associés au quinquennat le plus calamiteux de la 5e République. Compte-tenu de la conjoncture mondiale très favorable, les Français auront certainement l'impression durant quelques mois que les choses vont mieux dans leur pays, mais à moyen terme, ils auront un réveil douloureux : Les problèmes, les maux qui ont fait régresser la qualité de vie en France (2e pays au monde pour sa qualité de vie en 1985, et 27e en 2015) n'auront en rien été traités. Me voici donc encore pour sans doute 5 longues années, dans l'opposition!

Commenter cet article

Bestfriend 18/06/2017 15:04

Oui,ceci alors que l'on nous a bassiné avec le danger du fascisme au 2e T de la présidentielle au point de lyncher médiatiquement NDA. Il faudra surveiller de près l'action de ce nouveau pouvoir sur le problème du communautarisme car on a vu à quel point le Macron canadien Trudeau pouvait être un islamo-collabo.

corrector 18/06/2017 17:48

Oui, la classe blablateuse est tombée d'accord avec elle même pour dire que NDA allait à la soupe en s'alliant avec le FN, bien que les analyses aient des convergences profondes (les états nations valent mieux que l'UE, l'Euro n'est pas viable à terme, défense des services publics, l'islamisation est un danger grave et imminent) et les divergences (sur la façon de sortir de l'Euro notamment) semblent très relatives. D'ailleurs, je n'ai entendu personne décrire en détail ces divergences qui semblaient tellement essentielles! Pourtant on a passé des heures à commenter cette alliance, on avait bien le temps d'entrer dans le détail des différences de programmes, pour voir si elles étaient indépassables.

Mais NDA n'avait pas le "droit" de s'allier avec "l'extrême droite". Bien sûr Jospin lui avait le droit de s'allier avec l'extrême gauche, des communistes droits dans leurs bottes qui rejettent Staline (bien pratique pour concentrer toutes les critiques contre l'URSS) mais qui ne rejettent pas le bilan de l'URSS, le Léninisme, les symboles de ce régime brutal...

corrector 18/06/2017 07:06

"Même si ces gens sont minoritaires dans le mouvement, il y a globalement dans l'entourage de Macron une absence d'intransigeance pour défendre des piliers essentiels de la République. Ils sont même encore plus laxistes envers le communautarisme islamique que la majorité précédente"

Macron = Crooked Hillary français

corrector 18/06/2017 03:51

"Nous avons un problème presque identique sur l'audiovisuel public qui a multiplié des attaques,des accusations mensongères"

On a un problème encore plus grave d'attaques anti-Trump systématiques dans TOUTE la presse, notamment le Figolo : le seul jour où on ne parle pas de Trump, c'est quand les journaleux n'arrivent pas à mettre un "spin" négatif sur les échos venant d'Amérique.

On fait croire aux Français que Trump est empêtré dans une affaire de "piratage de la démocratie" par Poutine. Sauf qu'il n'existe pas la moindre preuve que Poutine ait interféré dans quoi que ce soit (même la NSA qui doit tout savoir sur ce qui passe sur les réseaux informatiques avait l'air d'en douter), et même s'il l'avait fait, Trump n'y serait pour rien. Alors que toutes les révélations récentes montrent que Trump n'avait aucun lien, ni aucun contact "inapproprié" avec des Russes (ni lui ni son équipe de campagne), que les Demoncrats avaient au moins autant de contacts avec des Russes, que Comey s'est incriminé lui-même, que Sessions avaient vraiment l'air de s'amuser lors de son audition... mais rien n'y fait, on nous fait croire que Trump est sûr le point d'être inculpé et qu'il fait n'importe quoi.

La presse française fait croire que Trump, qui s'avère être un Président génial, est un sous-débile. La presse ne vaut pas mieux que celle de l'URSS sous Staline!