François Hollande remporte la présidentielle, le 07 Mai 2017

Publié le par Bestfriend

Holl2017

C'est à la tête d'un pays divisé et presque ruiné que François Hollande va continuer d'occuper le fauteuil élyséen. Sa nouvelle victoire n'a curieusement suscité aucun enthousiasme, tant dans les rues de Paris que dans celles de Tulle, son fief historique de Corrèze. Elle couronne davantage un formidable génie politique qu'une quelconque satisfaction de la part des français.

 

L'ancien et nouveau  président a su comme l'avait fait Jacques Chirac en 2002, se présenter comme un recours face à la menace du Front National, qui a cette fois-ci  obtenu un score bien plus considérable obtenu au second tour, Marine Le Pen recueillant plus de 43% des voix. Il a même réussi à replonger l'UMP dans une crise profonde vu que les leaders de la droite se sont déchirés sur les consignes de vote à donner à leurs électeurs, une minorité prônant le vote en faveur de l'extrème-droite, une autre minorité annonçant qu'ils voteraient pour François Hollande, alors qu'Alain Juppé, candidat malheureux du 1er tour a appelé à l'abstention.

 

Le véritable coup de génie de François Hollande durant son mandat très difficile aura bien été de dissoudre l'assemblée nationale à seize mois de l'échéance présidentielle. Il a ainsi donné à l'UMP l'illusion de revenir aux affaires avec cette large victoire lors des législatives, et ce malgré la forte pousée du FN. La majorité socialiste avait atteint des records d'impopularité en raison du plongeon de l'économie française, du chomage touchant plus de 12% des actifs et l'abandon d'une bonne partie des promesses faites en 2012, tant sur les retraites que sur les embauches dans l'éducation, mais également à la suite des émeutes sans précédent qui au cours de l'hiver 2015 ont embrasé les grandes villes du pays comme jamais par le passé.

 

La droite est tombée dans le piège tendu par le président, comme elle l'avait été par Mitterand en 1988. En fait, les présidents de la 5e république n'ont jamais pu se faire élire autrement qu'à l'issue d'une période de cohabitation. A chaque fois, le premier ministre souvent à l'oeuvre pour prendre des mesures salutaires, Chirac en 1986, Balladur en 1993, Jospin en 1997, et Juppé en 2016 ont cru que les français leur seraient reconnaissants du travail accompli. Mais encore une fois, les français préfèrent voter pour ceux qui leur racontent ce qu'ils veulent bien entendre. Reste à savoir ce qu'il adviendra de cette union nationale à laquelle le président reconduit appelle et s'il ne s'agit pas encore d'une belle histoire pour calmer la colère d'un pays à la dérive.

L'immonde, 8 Mai 2017

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Bestfriend 21/05/2012 10:08

Alexandre,
Je ne sais pas combien ils sont sur 24 h actus, mais moi suis tout seul avec un emploi du temps hyperchargé et n'ai aucunement l'intention d'y changer quoi que ce soit, même si mon blog continue de
gagner en audience.
Je prend le temps de faire des dossiers qui illustrent mon opinion et effectivement, cela peut être assez passionnel. Je ne suis pas un journaliste, mais exprime des idées que l'on a sans doute du
mal trouver ailleurs alors qu'elles me semblent essentielles (ex: explosion démographique du tiers-monde).
Quand à mon dernier article, dites-moi où il y a un dénigrement du PS. Je dénonce au contraire le travail incessant d'une presse de gauche haineuse (et en précisant que le Nouvel Obs n'est pas visé
malgré une couv. qui a fait beaucoup parler) qui justement a incité à la haine, au catastrophisme, au mépris envers notre propre pays. Vous êtes sûr d'avoir voté Sarkozy ?

alex 11/05/2012 18:17

bonjour,
je passe par là et lis rapidement ce blog
pour info, j'ai voté NS en 2007 et 2012, je précise

je trouve ce blog non constructif, se rapprochant de 24heuresactu, du blabla rien que du blabla

la démocratie a décidé, ne soyez pas aigri, nous avons fait un bon travail en 5 ans, je pense que FH en fera un bon aussi

comme tout le monde dit, droite ou gauche c'est pareil, seul les extrêmes sont différents...

J'espère que vous changerez un peu de ligne, bien trop passionnelle, pour un rendu plus constructif plutôt que destructif

L'union nationale est bien plus importante que ces petites histoires dont nous avons souffert et qui, comme l'a dit notre président, n'ont pas de place chez un républicain et démocrate

Le PS n'est pas tout blanc, l'UMP non plus, mais rabâcher sans cesse des ragots pousse les gens à ne plus voter, et donc favorise les extrêmes

cordialement
Alexandre

demi-mot 11/05/2012 14:27

Si les drapeaux étaient gênants pour la gauche, Mediapart n'aurait pas sorti l'article dénonçant "l'obsession des drapeaux étrangers chez Copé" et le PS n'aurait pas réagi aux propos de Morano sur
Europe 1.
Quant au traité européen, je n'ai pas entendu Hollande parler de "croissance à crédit" donc je ne vois pas à quoi Merkel fait allusion. Il y a dans cette affaire beaucoup de malentendus qui seront
sûrement clarifiés quand les négociations débuteront.

Bestfriend 10/05/2012 23:50

Si les drapeaux n'étaient pas génant, les tartuffes de Médiapart n'auraient pas recadré leurs photos pour qu'on ne les voient pas. Et le site du PS ne les auraient pas gommés avec Photoshop, comme
le fait l'agence officielle iranienne quand un missile part de travers.
Quand à la croissance, A.Merkel soutenue par V.Rompoy et Barroso a bien dit "d'accord pour la croissance, mais pas une croissance à crédit", et cela visait explicitement le programme démagogique de
Flamby.

demi-mot 10/05/2012 10:34

Nadine Morano : "J’ai eu un drôle de sentiment en voyant la place de la Bastille avec très peu de drapeaux bleu, blanc, rouge, beaucoup de drapeaux rouges, et puis également beaucoup de drapeaux
étrangers", s’est indignée sur les ondes d’Europe 1 Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage, au lendemain de la victoire de François Hollande.

Réponse de Manuel Valls : "Il y avait beaucoup de drapeaux, comme en 1995 ou en 2002. Il y a un sentiment de double appartenance qui existe. La Marseillaise a été entonnée par ces dizaines de
milliers de citoyens, dont les jeunes des banlieues, ça m'a pris aux tripes. J'ai ressenti chez eux la fierté d'être français. Je n'avais jamais vu ça sauf dans les stades de foot, et encore. Nous
sommes tous français", a ajouté Manuel Valls. Né à Barcelone, il revient ensuite sur son cas personnel. "Je n'ai pas pu voter en 1981 parce que je n'étais pas français", explique-t-il. L'élu de
l'Essonne se fait ensuite plus saillant : "Ce n'est pas à Nadine Morano d'expliquer qui est français et qui ne l'est pas."

Alors bestfriend et D.J ? D'accord avec Morano ou avec Valls ?