La France "Monstrueuse" de Sarkozy

Publié le par Le Monde de Bestfriend

Nicolas Sarkozy est dans une mauvaise passe. A mi-mandat, on se rend compte qu'une bonne partie des réformes annoncées, des grands projets étaient soit abandonnés, soit tellement vidés de leur substances qu'ils n'ont pas changé grand-chose dans le pays. 0n peut constater par exemple que sur les retraites, tous ceux qui captaient à leur profit une bonne partie des cotisations des salariés du secteur privé, ont obtenu des compensations bien plus coûteuses que les ajustements qu'on leur a arraché après moult jours de paralysie des transports.

Déçu du Sarkozisme ? Pas vraiment, le problème de Sarkozy est qu'il ressemble de plus en plus aux présidents précédents parce qu'on lui a "chié dans les bottes" chaque fois qu'il disait la vérité. Ce fut par exemple le cas lors du discours de Dakar, complété par les propos de J.M.Bockel annonçant la mort de la Françafrique : Tout cela ne lui a valu que des ennuis et personne n'a pris sa défense face au déferlement d'hypocrisie, de mensonges de la part de gens qui ont de lourdes responsabilités sur la situation cataclysmique de l'Afrique. Donc exit Bockel, et maintenant au Sud ...rien de nouveau.
On n'a rarement vu par ailleurs, un chef d'Etat subir autant d'adversité, voire d'agressions instrumentalisées par un ramassis d'opposants aux idéologies très diverses, de l'extrème gauche à l'extrème droite en passant par le "Klan Chirak" (Voir la Sarkophobie instrumentalisée par les média).

En fait, ce qui rend Sarkozy sympathique et donne envie de le ménager, ce sont bien ses opposants, ses détracteurs qui semblent accaparer tout l'espace médiatique au point que le pouvoir semble systèmatiquement sur la défensive. On a pu l'observer sur la polémique née des propos de Marie Ndiaye, prix Goncourt 2009, prétendument exilée à Berlin car selon elle la France de Sarkozy et Eric Besson serait "Monstrueuse" notamment sur le dossier de l'immigration.


Marie Ndiaye, Goncourt 2009.

Alain Finkielkraut faisait une constatation toute à fait pertinente l'autre jour lors de l'émission "Ce soir ou jamais" sur France 3 (il faut se coucher très tard pour entendre autre chose que de l'anti-sarkozisme). Tout les bien-pensants se sont acharnés sur Eric Raoult qui avait demandé un "devoir de réserve" aux prix Goncourt, alors que pas grand monde n'a osé aller à l'origine de la polémique : Les propos de Marie Ndiaye non seulement insultants envers une bonne partie des français mais également d'une abyssale imbécilité.

En effet, si la France qui expulse 3 Afghans après avoir finalement renoncé à expulser un quatrième dont l'avenir n'était pas totalement assuré du coté de Kaboul est monstrueuse; l'Angleterre de Gordon Brown qui dans le même avion a expédié 24 personnes de la même nationalité doit être sans doute la réincarnation du 3e Reich !!!

De même, que dire de cette Allemagne qui sert d'éxil politique à notre prix Goncourt ? Elle est infiniment moins acceuillante que la France envers les étrangers. L'accès à la nationalité allemande est par exemple toujours régi par le "droit du sang" et même si quelques aménagements ont été voté, il reste très restrictif.
Ex : Si un enfant d'immigré nait en Allemagne, il lui faudra prouver que ses parents étaient résidents en situation régulière depuis au moins 8 ans pour obtenir la nationalité allemande à sa majorité !!!!
 En France, cette obtention est automatique pour tout enfant né sur le territoire, même si ses parents sont arrivés clandestinement la veille de la naissance, comme cela se passe parfois en Guyane.

Je dois donc me résoudre à faire partie de cette France "monstrueuse", n'ayant pas forcément la possibilité de m'éxiler. Une France où on entend par exemple très tard le Samedi soir dernier (encore très tard), un certain Eric Zemmour osait affirmer que Marie Ndiaye doit surtout le prix Goncourt à " l'effet Obama" tout comme la dernière Miss France (choisie par le jury pour des raisons de "marketing" alors qu'elle n'arrivait qu'en 4e position dans le vote des téléspectateurs). Dans le détail, le livre de Marie Ndiaye est pour les lecteurs autorisés à critiquer d'une profonde lourdeur, avec un style pompeux ressemblant à du Senghor réchauffé :


Une phrase monstueusement lourde dès la première page du Goncourt 2009.


  En plus, on ne doit pas avoir visité la même Afrique (moi, c'était pour y travailler dans le BTP) car selon Marie Ndiaye, le Sénégal semble recouvert de flamboyants, arbres magnifiques importés de Madagascar par les français. En fait, la plupart des exemplaires plantés il y a des décennies ont été coupés par les sénégalais qui voulaient chasser les esprits maléfiques des blancs, et accessoirement faire du charbon de bois pour nourrir une population qui a quadruplé depuis l'indépendance.

Pauvre Marie Ndiaye, dont la liberté d'expression serait menacée par ce gentil beauf d'Eric Raoult ...
..... Si je me rappelle bien, les seuls écrivains qui ont eu récemment des ennuis pour leurs écrits ou déclarations, n'ont pas été menacés par un ex-ministre de Chirac, mais par des gens bien plus fanatiques qui les ont parfois menacés de mort !!!  C'était bien le cas pour Houellebecq, Redecker, Salman Rushdie ou Taslima Nasrin sans oublier les auteurs de caricatures danoises de mauvais goût. Je pense que le délire de certains bien-pensants est une insulte envers ces auteurs qu'ils n'ont pas forcément défendu aussi bruyamment.

Je ne pense pas que dans le livre de Marie Ndiaye, il y ait de quoi risquer une Fatwa, bien au contraire. Je pense pas que dans le livre de Marie Ndiaye, on dénonce une polygamie qui non seulement est un crime contre les femmes (parmi tant d'autres) mais également qui impose aux hommes n'ayant pas un statut social suffisant, un éternel célibat. Ce qui les prive de la possibilité d'avoir des enfants, et qui n'est ni plus ni moins qu'un eugénisme imposé par les élites de ces sociétés obscurantistes et corrompues qui elles sont à l'origine de l'explosion démographique.
Qui a osé affirmer jusque-là qu'en raison de la polygamie institutionnelle en Afrique, la principale motivation des jeunes qui veulent atteindre l'occident par tous les moyens, est d'espérer sortir du célibat auquel ils sont condamnés à vie ?



Le problème, c'est qu'on se voit pas en quoi la France qui a 10% de sa population active, et 26% de ses immigrés en situation régulière au chomage, doit accepter que des millions de personnes viennent encore s'y installer. Je ne suis pas tant que cela attaché à l'identité nationale mais considère que les gens, qui ont fait en sorte que ce pays soit l'un de ceux où la qualité de vie reste la meilleure, ont le droit d'avoir un avis sur la question. On a reproché à Sarkozy sa définition d'une "immigration choisie" assortie de propos clairs sur une France qui "n'est ni une race, ni une religion, mais une communauté de valeurs". Mais qu'est donc une immigration "non-choisie"  sinon une invasion?

Effectivement, au vu des évenements récents, on se demande ce que devient notre pays. Mais il semble qu'on ne puisse reprocher à Nicolas Sarkozy que son impuissance face à des situations dont la France semble avoir le monopole. J.M.Bockel faisait remarquer que par exemple on avait lors de chaque réveillon du Nouvel An des dizaines de voitures brûlées à Strasbourg et Mulhouse et pratiquement aucune de l'autre coté du Rhin. Dans le même pays où les Marie Ndiaye et autres Superbobos trouvent qu'il fait bon vivre, protégés par des lois restrictives sur l'immigration et une discipline collective qu'il est mal vu de contester.

Mais justement, ces violences sont-elles comme le disent certains la réponse légitime de la jeunesse, des immigrés opprimés, des masses exploitées face au pouvoir ??
Ou, au contraire n'est-elle pas la résultante d'une continuelle détestation de la France sarkozienne, inculquée par notre aristocratie bienpensante ??.


Encore récemment, nous avons vu des dégats multiples commis suite à la qualification de l'Algérie pour la Coupe du Monde de Football. Heureusement que pour nous, la qualification entâchée d'une erreur d'arbitrage s'est faite au détriment de l'Irlande et non de l'Algérie sans quoi nous aurions eu droit à des émeutes bien pires que celles de Novembre 2005.
Dans quel pays au monde un tel spectable serait-il possible sans que cela n'entraine une réponse vigoureuse du pouvoir ou d'une partie des citoyens?  Il faudrait se résigner à considérer comme normal que l'on saccage, que l'on brûle la voiture de français ou d'immigrés venus pour travailler honnêtement et qui souvent ont mis les économies de plusieurs années dans leur véhicule. Une voiture parmi les 40 000 flambloyant dans nos banlieues, n'est rien d'autre qu'un acte gratuit et lâche qui n'apporte que du désespoir à une famille entière, et cela ne permet même pas de faire du charbon de bois.





Commenter cet article

Bestfriend 14/02/2010 11:29


Alors là, cela vole tellement haut que j'ai peur de pas être au niveau; à moins tout comme Sarko de prendre un escabeau.

Et puis quel humour, quelle argumentation imparable !
Avec des discours comme cela, l'avenir s'annonce radieux pour la gauche, et notre petit monde également.


Jean Boustarie 13/02/2010 23:21


inique toi même,
inique Tony Blair,
Inique Sarko le Petit,
Inique bush,

Inique le social libéralisme,Inique la mondialisation réactionnaire dite libéral Kant réveille toi ils sont devenus fous.

Inique toi toi même


jeanbete énormémnet


Bestfriend 20/12/2009 21:09


Logique communautaire version White, il fallait l'inventer.
Comme mes propos constatant un différence de traitement médiatique entre le pauvre type assassiné dont il est impossible de retrouver le nom sur internet tellement tout le monde l'a oublié, et les
2 "jeunes" dont il faudrait ériger une stèle sur le parvis des droits de l'homme, étaient du communautarisme.

Comme si les émeutes de 2005 qui ont suivi l'accident stupide provoqué par l'intrusion de ces 2 types (et de leur complice arrêté plus tard en train d'essayer de brûler une voiture) pouvaient êtres
considérées comme une juste révolte. Cela me fait plutôt penser à la nuit de Cristal et à des bandes d'abrutis nazis cherchant chez les juifs les bouc-émissaires de leur médiocrité.


demi-mot 30/11/2009 11:36


La révolte populaire dont vous parlez, elle a déjà eu lieu en novembre 2005 lorsque des milliers de jeunes des quartiers populaires de toute la France se sont soulevés pour protester contre leurs
conditions de vie indignes, contre l'exclusion sociale dont ils sont victimes et contre le harcèlement policier qu'ils subissent tous les jours et dont Zyed et Bouna sont les symboles. Cette
réalité est bien plus grave et représente un motif de colère infiniment plus légitime qu'une indignation sélective imaginaire qui n'existe que dans votre tête et dans celle des militants
d'extrême-droite qui sont comme vous animés par la seule logique communautariste version "white".


Bestfriend 28/11/2009 15:08


"mais quand des policiers commettent des bavures, je voudrais qu'ils soient punis à la meme hauteur que le citoyen lambda qui commet un meurtre.".

On ne voit pas très bien le lien entre ce qui s'est passé et un meurtre. Si un jeune sur un scooter fuit un contrôle de police, prend un sens interdit et se tue, vous allez parler de meurtre ? Qui
vous a dit que les "jeunes" risquaient quelque chose en acceptant d'être contrôlés par les policiers, s'ils n'avaient rien à se reprocher.

Tiens, en parlant de meurtre, je n'arrive même plus à retrouver sur internet les éléments sur le citoyen qui a été battu à mort par des "jeunes" devant sa famille parce qu'il photographiait une
installation électrique que son entreprise avait faite en banlieue. C'est vous dire l'indignation sélective entre le cas Zied et Bouna qui donne sur Google 11700 pages de glorification voire
d'appels à la vengeance, et le pauvre type sans doute trop blanc de peau pour qu'on en fasse une victime.

Tout cela mériterait une vraie révolte de ceux qui refusent de voir ce pays devenir une zone de non-droit.