De Villepin : Ange ou Démon ?

Publié le par Le Monde de Bestfriend

Il ne m'est pas possible d'éprouver de la haine envers Dominique De Villepin.

D'une part, parce j'ai une certaine admiration pour lui, et aussi pour sa fille en raison de leur parcours qui est jusque-là tout sauf médiocre. Ils sont magnifiques, dotés d'une intelligence prodigieuse, d'un don de manier le verbe bien supérieur à votre modeste serviteur et d'aptitudes étonnantes face à l'adversité.

La sublime Marie De Villepin devenue égérie de Givenchy


Dominique De Villepin a démontré notamment ses qualités exceptionnelles lorsqu'il a succédé à Jean-Pierre Raffarin comme premier ministre d'un Jacques Chirac en fin de règne, décrédibilisé par la victoire du Non au référendum sur la constitution européenne, ayant renoncé à toute réforme de crainte de voir les rues de Paris s'embraser. Malgré l'échec du CPE qui lui a certainement valu son élimination dans la course à la présidentielle, le vaillant Galouzeau a réussi à tenir la barre jusqu'à l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

Mais pour le reste, et notamment la défense de valeurs qui me semblent essentielles dans la république, De Villepin est certainement avec son mentor Chirac ce que l'on a vu de pire au sommet de l'Etat. Ce qu'il y a de pire, car le comble est que tout cela s'est effectué avec la complaisance, voire l'adhésion d'une bonne partie de l'opinion publique.

Pour la plupart des français,  mais bien au-delà Dominique De Villepin est l'homme courageux qui lors d'un discours à l'ONU s'est opposé aux américains dans leur volonté de déclarer la guerre à l'Irak de Saddam Hussein. Colin Powell était le méchant qui essayait de tromper tout le monde en prétendant par divers projections de documents que Saddam Hussein possédait encore des ADM et pouvait éventuellement les fournir à Al Quaïda. Dominique De Villepin était le gentil qui représentant d'un "vieux pays" voulait que l'option militaire soit définitivement écartée alors que les inspecteurs de l'ONU étaient de retour à Bagdad après de longs mois d'absence.

DDV lors du fameux discours aux Nations Unies.

Sauf qu'il est étonnant, quand on défend la démocratie, de tirer dans les pattes de ceux qui sont en train de négocier, même avec des intentions contestables face à l'un des pires dictateurs que le monde ait connu. Tout comme l'Iran aujourd'hui, Saddam Hussein n'a cessé de soufler le chaud et le froid, renvoyé les inspecteurs quand ils trouvaient quelques "smoking gun", ou qu'ils s'interrogeaient sur la disparition de quelques dizaines de kilos d'Anthrax.

Et puis, Colin Powell a bien mentionné lors de son discours le nom d'un certain Zarquaoui, membre d'Al Quaïda et déjà présent en Irak avec une dizaine de comparses et dont on a pu mesure la capacité à organiser des attentats particulièrement inhumains, le plus souvent contre les quartiers chiites de Bagdad.
De son coté, Dominique De Villepin a dissimulé le lourd passé de la France et en particulier de l'entourage de Jacques Chirac en Irak. Un passé d'ailleurs pas si ancien que cela, car Patrick Maugein, l'un des financier du clan fut accusé plus tard, tout comme le propre fils de Kofi Annan d'avoir bénéficié de bons-équivalent-pétrole dans le scandale Pétrole contre nourriture. Au moment où Dominique De Villepin parlait, le régime de Saddam Hussein devait à la France et aux entreprises françaises une ardoise de plus de 10 milliards d'Euros.

Etant pourtant à l'époque sceptique sur l'opportunité d'envahir l'Irak, vu que déjà l'Afghanistan semblait bien difficile à mener sur le chemin de la paix, j'ai trouvé assez abjecte le cinéma auquel nous avons assisté. L'anti-bushisme semblait pouvoir justifier tous les mensonges, les postures les plus hypocrites, les alliances de "pseudo-pacifistes" avec les pires extremistes islamistes, l'extrème-gauche mais aussi l'extrème-droite européenne qui à l'instar de Jean-Marie Le Pen ou Jorg Haider a vivement soutenu Saddam Hussein.
En clair, l'administration Bush était accusée par l'intelligentsia du monde entier, de mentir sur le dossier des ADM, alors que finalement la nature même du régime de Saddam d'une brutalité totalement inhumaine rendait impossible toute évaluation sérieuse. On ne pouvait pas avoir en Irak de taupes, et il fallait s'en tenir aux déclarations parfois douteuses de quelques cousins du raïs faisant ici et là défection.

Sur les ADM, il s'est avéré que Bush et ses alliés avaient tort. Enfin, bien des opposants à l'invasion prétendaient que ces armes n'avaient pratiquement jamais existé ce qui est tout aussi inexact puisqu'il semble bien que Saddam ait décidé vraiment sur le tard de détruire ce que n'avaient pas encore découvert les inspecteurs. Hans Blix, lui même a affirmé n'avoir été certain de l'absence d'ADM qu'en Novembre 2002, alors que déjà les rues de nos capitales étaient envahies de pseudo-pacifistes exigeant que l'on laisse la dictature irakienne tranquille.

Mais la chute de Saddam a tout de même permis d'apprendre que précédemment, le programme nucléaire irakien, auquel la France avait massivement participé à l'initiative de Jacques Chirac, avait bien pour but d'accéder à l'arme nucléaire dès que possible. Rappelons que Chirac a donné son accord à Saddam pour la construction de 2 réacteurs , pour la formation de 400 ingénieurs irakiens sur le site de Saclay lors de la conclusion d'une vente d'avions de chasse. Heureusement, l'aviation israëlienne a détruit le premier Osirak dès le début des années 80.


Saddam Hussein invité par Chirac à visiter le centre nucléiare de Cadarache en 1976.

On voit là à quel point la posture de Chirac et De Villepin, opposés à la guerre en Irak, n'est qu'une belle imposture destinée à dissimuler des relations plus que coupables avec l'un des pires régimes qui soit. Car si on n'a pas trouvé d'arsenal chimique ou nucléaire dissimulé en Irak, on a retrouvé des quantités de charniers, de lieux de tortures, d'images d'actes d'une extrème barbarie envers tout ce qui ressemblait à une contestation.

Au moins peut-on dire que si une manipulation a fonctionné, c'est bien celle des chiraquiens se donnant le beau rôle face aux faucons de l'administration Bush. Jacques Chirac malgré un bilan calamiteux après 12 ans au pouvoir, malgré des affaires de détournements massifs,  jouit d'une très grande popularité en France, et le souvenir de cette attitude parfois hypocrite face aux américains y est pour beaucoup. J'ai souvent entendu dire au café du commerce, que si Sarko avait été au pouvoir, la France aurait été entrainée dans la "sale guerre de Bush". La popularité de Dominique De Villepin a connu, elle des haut et des bas, mais il est clair que son panache à l'ONU lui permet d'avoir toujours de nombreux soutiens.


Déjeuner à La Baule entre Sarkozy et De Villepin 8 mois avant la présidentielle.

On peut le constater d'ailleurs à l'occasion des audiences de cette fameuse affaire Clearstream. Dans la presse, sur les forums, sur les radios, on trouve une majorité de personnes prenant partie pour l'ancien premier ministre et contre le plaignant actuellement locataire de l'Elysée. 69% des français selon un sondage s'offusquent des propos de Nicolas Sarkozy faisant référence aux "coupables dans cette affaire" sans citer de nom. On peut se demander si le pourcentage de français qui estiment choquants les procédès ayant visé à salir un concurrent dans la course à la présidentielle, en diffusant des listings truqués, serait aussi important. Même après l'audition du Général Rondot qui aujourd'hui a bien confirmé que Dominique De Villepin, voire Jacques Chirac s'était beaucoup investis sur ce dossier. Une telle machination, si elle est avérée, constituerait bien l'une des plus graves atteintes qui soit à la démocratie.

Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur ce dossier. Imad Lahoud et Jean-Louis Gergorin qui ont précédemment beaucoup chargé Dominique De Villepin n'apparaissent pas comme très fiables. Le premier semblait très attiré par l'argent et a même été poursuivi pour des malversations bien avant l'affaire Clearstream; le second doté par certains cotés d'une vive intelligence perd parfois complètement les pédales et s'avère être un grand mythomane. Au début du procès, Dominique De Villepin a montré qu'il ne boxait pas dans la même catégorie et a fait preuve une fois encore d'une étonnante maitrise de soi pour développer une argumentation solide face à des accusations parfois décousues.

Le problème est qu'il y a bien d'autres éléments à charge (carnet du Général Rondot, nombre de rencontres avec Yves Bertrand lui aussi mouillé dans l'affaire) contre celui qui aurait pu être un homme d'état exceptionnel s'il avait pas appris la culture du mensonge et de la manipulation sous les dorures de la république. Notre homme est quelque part la caricature de nos élites politiques, intellectuelles qui pensent avoir le monopole du sens de l'Etat, et surtout avec l'assentiment du troupeau de bovins qu'est devenu l'opinion publique (tant française que mondiale). Je souhaite ardemment qu'il ne soit pas condamné à de la prison, ce qui serait profondément infamant. Mais au moins que l'on puisse connaître la vérité sur ce dossier, puisque sur bien d'autres concernant la Chiraquie, la prescription a nous a privé de ce droit.


Visite courtoise de Dominique De Villepin dans l'Iran d'Ahmadinejad et de Rafstanjani début 2009.




  








Commenter cet article

politics dissertation 13/01/2010 13:44


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!


bestfriend 02/11/2009 23:23


Mais non, que ce soit pour Chirac ou De Villepin, il n'y a aucune haine. C'est plutôt une exaspération devant la complaisance des français à leur égard, qui me rappelle d'ailleurs celle qu'ils
avaient envers le Maréchal Pétain au lendemain de la déroute de 1940.
Les français sont attachés à leur petite vie pépère plutôt qu'aux grands défis à relever face à de vrais ennemis qui menacent l'avenir de l'humanité. J'espère que cela ne se traduira pas une fois
de plus par une attitude de lâcheté.


Henri Montreal 22/10/2009 20:24


Dominique De Villepin est votre ennemi car vous êtes un bushiste et un sarkoziste fanatique. Il a porté haut les couleurs de la France face à l'impérialisme américain voulant mettre la main sur le
pétrole et remplir des poches de la famille Bush.
Sarkozy finira comme Bush avec une chaussure dans la figure.


bestfriend 07/10/2009 20:43


Il y a tout de même du second degré dans mes commentaires sur le physique du père et de la fille. . En live, ai pu constater que DDV dégageait un grand charisme, une vitalité assez impressionnante
pour son age.

Bien qu'on le voit par la suite, on est vraiment dans des camps très opposés, je n'attaque pas DDV sur son physique comme le font les journalistes qui empestent le tabac froid (constaté en live
également), mais sur le fond de sujets assez sérieux.

Je n'ai pas donné une info de taille sur le dossier irakien : Selon un de ses proches, De Villepin aurait dit en voyant les manifs dans les rues de Paris contre l'invasion américaine ; "Nous sommes
devenus les héros des connards".
(Au moins lui relativise les choses concernant l'opportunité ou non de renverser Saddam).


kate 07/10/2009 20:02


Vous semblez accorder beaucoup trop d'importance à l'aspect extérieur des gens ,monsieur.... Et concernant ce personnage qui n'hésite pas à mentir et accuser de menteur un grand général de l'armée
Française , je dirai qu'il ne me semble pas beau du tout à l'intérieur , comme son grand ami Chirac ! Je souhaite que les coupables soient découverts , on a assez fait supporter des coups bas à
notre actuel Président ,surtout dans le précédent gouvernement .....